Walt Disney comprend très vite l’influence qu’aura la télévision sur son public. Il doit s’assurer une présence télévisuelle afin de promouvoir les créations de son studio. Il va même jusqu’à créer des contenus spécialement pour alimenter ses émissions.

En France, dès 1961, c’est Pierre Tchernia qui aura la tâche de présenter « L’ami public numéro un » une émission entièrement consacré à l’univers Disney. A partir de 1966, le jour de Noël, Monsieur Cinéma propose « SVP Disney » une autre émission pendant laquelle les téléspectateurs peuvent choisir les extraits de films qu’ils souhaitent voir.

Pendant ce temps, dans les émissions de variétés des chanteurs comme Isabelle Aubret ou Henri Salvador chantent les aventures des héros de dessins animés.


En 1975, l’O.R.T.F. laisse place à trois nouvelles chaînes indépendantes.
Sur Antenne 2, les enfants attendent le 25 décembre avec impatience tandis que sur TF1, à partir de 1977, ils peuvent voir des extraits de films Disney dans la rubrique de Jacques Trémolin proposée dans « Les visiteurs de Noël ».

Au même moment, ce sont les Poppys qui reprennent en chœur des chansons en référence à Mickey et ses amis.

Si tout se passe bien donc pour Disney sur le territoire français, il faut s’assurer d’une présence plus régulière dans les émissions familiales. La firme fait alors appel à la nouvelle icône des enfants Chantal Goya, qui 2 ans après son succès « Adieu les jolis foulards », propose à son tour un album Disney « Allons chanter avec Mickey ». Suivront quelques titres sur un second album avec « Riri Fifi Loulou » ou « Eliot le Dragon » mais Jean-Jacques Debout a d’autres projets pour celle qui s’apprête à devenir Marie-Rose.

Heureusement pendant ce temps, un autre visage s’est fait connaître à la télévision.
En 1979, Pierre Tchernia propose à William Leymergie de reprendre en main les émissions « SVP Disney » qui reste inchangée et « L’ami public » qui prend la forme d’un magazine: le « Disney Dimanche ». Pour présenter ses nouvelles éditions, le jeune Willy pense aussitôt à sa copine et collègue de « Récré A2 ».

Les émissions du mercredi sont un tremplin idéal pour proposer des extraits des longs métrages à venir ou des extraits de Mickey, Dingo et compagnie qui illustrent les différentes séquences de l’après-midi. Sans être un programme régulier, les héros Disney font parti intégrante de l’émission dès son commencement.

Pendant l’été 1981, Pierre Jacquemont propose une séquence Disney tous les dimanches midis dans « Récré à table ».

Depuis deux ans, Dorothée s’est mise également à la chanson. Elle chante d’ailleurs le générique de « Disney Dimanche » d’abord avec Willy puis seule. « SVP Disney » n’en a pas.

Elle chante donc et ça tombe bien, il faut promouvoir le nouveau grand film « Rox et Rouky » qui sort le 25 novembre 1981, c’est donc naturellement que Disney France demande à l’animatrice de représenter ses nouveaux héros en musique.

Suite à ce succès, Disney France et AB Productions réfléchissent à poursuivre leur collaboration. Mais l’association des 2 groupes est compromise. D’un côté, Jean-Luc Azoulay et Claude Berda ne veulent pas perdre leur jeune pouliche surtout au moment où son succès est grandissant. Et de l’autre, Disney ne souhaite pas être associé aux dessin animés japonais genre « Goldorak » ou « Albator » déjà accusés d’être violents.
L’autre problème est que leur ambassadrice doit pouvoir promouvoir les films du studio sur toutes les chaînes or si TF1 et FR3 sont encore des chaînes publiques, elles restent frileuses à accueillir l’animatrice vedette de la 2.
Un album Disney est pourtant en cours de production pour Dorothée, il n’en reste que des archives précieusement gardées. 3 maquettes auraient fuitées dans lesquelles la chanteuse évoque « Les Aristochats », « Alice au pays des merveilles » ou encore « Le pays de Mickey ».
Le titre « Dors mon petit ange » sorti sur l’album « Hou ! la menteuse » était en fait destiné à représenter « La belle au bois dormant » sur ce 33 Tours inédit.

Sans rancune, Dorothée continue de présenter ses émissions et Disney décide de prendre le temps afin de trouver sa nouvelle ambassadrice.
Marie Myriam , ex-vainqueur du « Concours Eurovision » en profite pour sortir quelques titres réunis sur un album « Marie Myriam et les fées de Disney »

En 1983, Christophe Izard, le papa de « L’île aux enfants » et des « Visiteurs du mercredi » , propose à TF1 une version française du “Mickey Mouse Club”, ainsi “Salut les Mickey” arrive le 11 octobre et restera un peu plus d’un an à l’antenne remplacé par le « Disney Channel » d’FR3 le 26 janvier 1985 dans lequel on découvre « les aventures de Winnie l’ourson » racontées par Jean Rochefort.


De son côté Humbert Ibach, l’attaché de presse de la chanteuse Sheila et le producteur de Karen Cheryl essaye de lancer la carrière de sa belle-fille Douchka pour l’instant mannequin enfant. Les représentants du studio d’animation tombe sous le charme et après presque 2 ans de préparation, elle enregistre le 45 Tours « Mickey, Donald et moi », qui se vendra à plus de 400 000 exemplaires.

Pendant des années, la jeune vedette fait tous les plateaux télé de l’époque et tient son rôle très à cœur mais, elle se lasse de chanter des titres destinés aux enfants. La jeune femme de 26 ans rompt alors son contrat espérant retrouver une liberté artistique.


A la télévision, c’est TF1 qui récupère l’exclusivité des émissions Disney en janvier 1989. Dorothée, promue aux commandes du service jeunesse de la chaîne, programme dès le lendemain de la dernière émission du “Disney Channel”, “Spécial Disney”.

Disney n’apprécie pas du tout la formule de Dorothée jugée trop soft et pas assez dynamique du côté de la promotion du parc Disneyland Paris qui se construisait via l’entreprise Bouygues, actionnaire majeur de TF1.
C’est à Dominique Cantien, responsable de l’unité variété de la première chaîne, que l’on demande de gérer la branche Disney. Elle confie à Jean-Pierre Foucault un nouveau rendez-vous dominical avec « Disney Parade ». Pendant ce temps, il faut promouvoir le 35ème long-métrage d’animation du studio « Oliver et Compagnie » sorti le 29 novembre 1989.

Tandis que Dorothée ne sera jamais invitée dans les émissions Disney de la chaîne, ni clips ni bande-annonces d' »Oliver et compagnie » ne seront diffusés dans le « Club Dorothée » ni dans le « Spécial Disney ». En outre, la jeune Anne Meson qui a été choisit pour remplacer Douchka, en fera souvent la promotion sur les chaînes concurrentes notamment sur Antenne 2 dans « Matin Bonheur », « Eric et Compagnie » ou encore « Dimanche Martin » mais jamais dans les émissions produites par AB.
TF1 doit réagir tout de suite et décide de mettre Anne au côté de Jean-Pierre Foucault pour co-animer l’émission dominicale.

Quelques semaines plus tard, Anne aura tout le loisir de chanter ses chansons sur la Une puisqu’à partir du 7 janvier 1990, une nouvelle émission fait son apparition. « Le Disney Club” présenté par Nicolas, le gaffeur, Philippe le curieux et Julie, la chef de bande, propose, toujours sur TF1, des sketchs, des rubriques, des dessin-animés Disney ou encore des séries. L’émission se termine généralement en chanson. D’abord diffusée le dimanche matin, elle proposera également des rendez-vous le samedi et le mercredi matin.


Le parc de Marne la Vallée ouvre ses portes le 12 avril 1992 alors que la carrière d’Anne bât son plein mais comme Douchka, elle se lasse et décide de ne pas renouveler son contrat.
En 1994, c’est Séverine Clair qui prend la relève auprès de Jean-Pierre Foucault. Elle sort quelques disques mais les temps ont changés.


Les émissions disparaissent doucement des chaînes hertziennes, le groupe inaugurant sa chaine « Disney Channel » sur le satellite le 22 mars 1997. Les chansons quant à elles trouvent de nouveaux interprètes pour chaque film.
Le dimanche 27 décembre 1998, les enfants disent définitivement aurevoir au « Disney Club » et à « Disney Parade ».

En 1999, TF1 mise désormais sur son « TF! Jeunesse » et le nouveau « Disney ! », présenté par Billy puis Mathieu et Julie jusqu’en 2004, ne propose plus que 4 séries animées. A la rentrée 2004, exit les animateurs, le « Club Disney » devient un dévidoir à dessin animé et ce jusqu’au 31 décembre 2006.

M6 décide elle aussi de lancer en septembre 1999 une case consacrée aux séries Disney: « Disney Kid ». L’émission dure jusqu’en 2002. Il faudra attendre 2010 et le « Disney Kid Club » pour revoir les séries animées issues du catalogue Disney.

Source additionnelle:
Chronique Disney


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A suivre
Dimanche 07 février 2021 - France 2 à 18h20 Présenté par Laurent Ruquier L'humoriste Booder est…