Depuis 1889, sous la présidence de Sadi Carnot, Noël se fête aussi à l’Elysée à l’initiative de son épouse Cécile Carnot, sensible au sort des enfants déshérités. Depuis, aucun président n’a dérogé à la règle. Chaque président de la République et son épouse invitent quelques centaines d’enfants (ceux du personnel de l’Élysée, des orphelins et nécessiteux, des pupilles de la nation, des élèves méritants ou encore des enfants appartenant à des familles sinistrées ou des familles de victimes) à profiter d’un spectacle, à se délecter d’un goûter et à recevoir des cadeaux, le tout sous les yeux des journalistes.

Lorsqu’il devient président en janvier 1959, Charles de Gaulle reprend immédiatement la coutume léguée par ses prédécesseurs. Ainsi, presque chaque année, le temps d’un reportage de l’ORTF, il s’autorise à apparaître comme le bon général père Noël gâtant les petits-enfants de la République, une image à laquelle les Français ne sont guère habitués. Pour le président de Gaulle – qui revêt systématiquement sa tenue de militaire pour l’occasion –, cette cérémonie est aussi évidemment prétexte à porter ses « meilleurs souhaits pour la France ».
Le 19 décembre 1962, le Président Charles de Gaulle et sa femme reçoivent les enfants du personnel de l’Elysée ainsi que 200 écoliers méritants pour le traditionnel sapin de Noël.



Le 10 décembre 1964, les enfants se ruent vers Charles de Gaulle à son entrée dans le salon de l’Elysée, Yvonne de Gaulle choisit elle-même les cadeaux et les spectacles, bien que le Général ait une préférence pour les clowns de cirque.

PHOTOVINTAGES / AFP

Georges Pompidou respecte évidemment la tradition et le rituel médiatique est le même, s’achevant par un reportage au journal télévisé du soir. On remarque pourtant la présence constante à ses côtés de son épouse, Claude Pompidou qui tranche des apparitions toujours furtives de la discrète Yvonne de Gaulle. Au début de ces années 1970, cette fête de Noël télévisée semble plus détendue, et le président se laisse filmer en train d’interagir avec des enfants visiblement moins sages que ceux des années 1960.




Georges Pompidou salue Les Charlots et Danièle Gilbert, le 13 décembre 1973. AFP

Valéry Giscard d’Estaing tranche singulièrement avec ses prédécesseurs: se mettant littéralement en scène, il assure lui-même le spectacle. Véritable président showman, il n’hésite pas à se laisser filmer discutant avec Nounours ou poussant la chansonnette avec Claude François en 1975.




Seulement 500 enfants découvrent Valéry Giscard d’Estaing en compagnie de « Nounours », le personnage de « Bonne nuit les petits », le 19 décembre 1974 à l’Elysée. L’émission ayant été déprogrammée de l’ORTF, un an plus tôt. Mais le président obtient son retour à l’antenne deux ans plus tard, sur TF1.

Avec le président Mitterrand, le Noël de l’Élysée devient un symbole fort de sa politique. La fête est destinée « à tous les enfants de France » comme le dit le président, et non plus cantonnée à un public choisi. En effet, jusqu’en 1985, le spectacle – en intégralité ou en séquences montées – est diffusé à la télévision aux alentours de Noël, à un horaire destiné aux enfants. L’émission est parfois même illustré de séquences dévoilant les coulisses de l’Élysée ou exhibant un François Mitterrand se faisant interviewer par des enfants. Ce système prend fin avec la cohabitation, en 1986. À partir de cette date, seul un sujet au journal télévisé rend compte de cette tradition.



Le 21 décembre 1983, un long reportage est diffusé sur le Noël de l’Élysée dans lequel les caméras de « Récré A2 » suivent le jeune Frédéric visitant les coulisses du palais et interrogeant le chef de l’État.


Le 19 décembre 1984, François reçoit cette fois 4 enfants dans les bureaux de l’Elysée.


En 1985, Dorothée présente « le Noël de l’Elysée » et emmène sa troupe pour une représentation du titre phare de la comédie musicale « On va faire du cinéma » devant le Président François Mitterand.


Les Mini-Star sont également invités aux côtés de Dorothée et se produisent donc devant le président de la République.


Si j’ai retrouvé les images du reportage de « Récré A2 », je n’ai malheureusement pas le son.

Quatorzième et dernier Noël de François Mitterrand à l’Elysée, le 21 décembre 1994. Le président se voit offrir des cadeaux par les enfants.


Au fil des années Chirac, le fameux reportage sur le Noël de l’Élysée tend à s’écourter, prouvant un certain désintérêt des médias audiovisuels. Néanmoins, si les séquences sont plus courtes, les images filmées restent les mêmes : l’arrivée des enfants puis du président, le petit discours, le spectacle, le goûter et la distribution de cadeaux. Quant à Chirac, il est égal à lui-même, offrant l’image valorisante d’un homme chaleureux et sympathique.


Jacques Chirac plus conquis que les enfants par le spectacle donné à l’Elysée, le 15 décembre 2004. CHARLES PLATIAU / POOL

Sous Nicolas Sarkozy, l’information se traite sous la forme de brèves et se retrouve au dernier rang de la hiérarchie de l’information. L’image présidentielle est alors surtout marquée par la présence – très remarquée des journalistes – de la première dame, Carla Bruni-Sarkozy.
Le 14 décembre 2011, Nicolas Sarkozy offre à 920 enfants un spectacle au théâtre Mogador, à Paris. La cour des comptes évoquera un événement qui « a coûté près de 335 000 euros ».


Nicolas Sarkozy entouré d’enfants, le 15 décembre 2010, tandis que Carla Bruni-Sarkozy se prête au jeu d’une séance photo. ERIC FEFERBERG / POOL

Le 18 décembre 2013, François Hollande et sa compagne Valérie Trierweiler ont reçu 600 enfants, dont certains malades, orphelins ou enfants de détenus, à l’Elysée. « Soyez sages et puis surtout soyez heureux parce que tout ce qu’on fait, c’est pour vous rendre heureux », a lancé le président à ses jeunes convives, âgés de 4 à 10 ans.
Redevenu président célibataire, la fête de « l’arbre de Noël » 2014 joue la sobriété: les stars du showbiz des années Sarkozy font désormais place aux clowns et aux numéros de cirque.


Le 13 décembre 2017, plus de 500 enfants ont fêté Noël à l’Elysée, où ils ont rencontré Emmanuel Macron, qui a passé une heure en leur compagnie aux côtés de son épouse Brigitte. Très souriant, le Président est passé de table en table, s’attardant avec des dizaines d’enfants, avant une grande distribution de cadeaux. Des cadeaux «unisexe», a précisé l’Elysée.


Brigitte et Emmanuel Macron entourés d’invités de marque : le père Noël, Minnie, Dingo et Mickey. Reuters / Etienne Laurent

En 2018, au plus fort de la crise des Gilets Jaunes, le « Noël de l’Élysée » est délocalisé aux gobelins. Le président reçoit près de 400 enfants et leur offre des boîte de magie après un spectacle avec les stars de « The Voice Kids ».
Malgré les grèves qui persistent, le mercredi 18 décembre 2019, Brigitte Macron, soucieuse de poursuivre ses missions de Première dame, en particulier en faveur de l’enfance, organisait le traditionnel goûter de Noël offert par la présidence. Aux côtés de l’épouse d’Emmanuel Macron et de ses quelques 500 petits invités, deux guests inattendus : le chanteur Amir, ex-candidat de The Voice et l’ex-première dame Valérie Trierweiler. Il semble que le Président n’a pas pu assister aux célébrations.

Source:
France TV Info
PresidenScope


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A suivre
Le 23 décembre 2019, Sophie Davant et l’équipe d’"Affaire Conclue" célèbrent Noël avec un prime filmé…