Cet article nous est proposé par Sébastien Gérard administrateur de la superbe page Facebook « Passion Pif »

Aah…les Crados ! Voilà une licence qui en 1989 aura fait couler beaucoup d’encre!
Une vraie polémique sera en route autour de ce phénomène de cour de récré!
Pensez donc, des images autocollantes parodiant, version « crade », une marque de poupons américains tout mignons.

Alain Pinto’ éditeur des « crados » est interviewé pour le magazine jeunesse « Drevet vend la mèche » sur FR3 (16.02.1989)

Nous voilà donc dès janvier 1989 avec Avimages, société éditrice des autocollants en question, en détention « forcée » de l’album des Crados. Pourquoi forcée ?
Parce qu’Avimage avait passé un deal avec les distributeurs Presse, pour que tout gamin passant avec un « Pif Gadget » ou « Le journal de Mickey » en caisse, se voit remettre l’album et une pochette  » GRATOS » !
Te voilà toi bambin, avec un album bien dégueu et des images drôles avant tout et un peu provocatrices. Et bim… on aime ça ! Les parents un peu moins. Nous payer des pochettes (2,50 francs! Un record pour l’époque) avec Gaston Bouton ou Joseph EDF, ça ne leur plaît guère…


Les médias s’emparent du phénomène, Cousteau s’en mêle et s’insurge contre « cette pollution des esprits », n’hésitant pas un instant à affirmer que jouer aux Crados était le premier pas vers la cocaïnomanie… Bref, c’est pas génial de frotter son image de magazine jeunesse avec cette de bande de Crados.

Cousteau vs « Les Crados » (7/7 – TF1 – 16.04.1989)

Mais ça se vend et fait terriblement vendre! « Pif » et son service marketing n’aiment pas trop être exclus de recettes publicitaires opportunistes.
Comment faire ?
Tout commence dans le numéro 1048. « Pif » essaie d’acheter une légitimité à parler des Crados, voir de faire des choses avec cette licence, en publiant une enquête « Pour ou Contre? » au centre du journal.


Enquête dont la provenance semble inconnue (sans doute Avimages qui a fournit ses « statistiques ») mais dont le résultat évoque, 2 mois après le début du phénomène (le numéro 1048 paraissant en mars 1989), qu’en fait les Crados c’est:
GENIAL, DROLE, SUPER, que même les parents finalement trouvent ça chouette !
Mouais… D’où sortent ces chiffres ? On ne le saura jamais.
Du coup, « Pif », se sachant un peu limite limite avec le fait de faire du business avec cette licence, vient de trouver de quoi laver plus blanc et va pouvoir marketer aussi avec cette licence.
Mais il est un peu tard… et Avimages ayant réussi son coup sans avoir à payer des pubs dans des magazines mais en jouant le donateur via les buralistes, pas sûr que ça puisse se faire…
Ayant légitimer son droit de faire du « Crados Business », « Pif » cherche un prétexte pour surfer sur le phénomène, même en retard.
Avimages lui en sert un sur un plateau puisqu’en septembre 89 sort le deuxième album des Crados.
L’occasion est trop belle, comme souvent avec le concurrent Panini, de faire un numéro offrant l’album. Mais Avimages refuse, son album n’ayant aucun besoin de promotion pour se faire acheter par des milliers de bambins qui l’attendent avec impatience.
Néanmoins, est trouvé un accord pour réaliser un numéro « Spécial Crados » qui permettra de développer un peu plus l’univers autour de la licence.
« Pif » élabore un gadget et Avimages autorise, avec Topps (le distributeur américain), l’exploitation « libre » des personnages.
Le gadget: la poudre Crados est une substance qui, mélangée à un liquide, se gélifie.


On notera le slogan du gadget : « Un gadget anti-poivros »
Sous entendu, si ton père picole, mets lui ça dans son vin, ça le calmera. La mise en scène du gadget est d’ailleurs assez équivoque.

Moyennant la couverture du magazine, Avimages offre une pochette pour l’album numéro 2.
Et Pif brode sous contrôle avec un dictionnaire, un poster et des blagues Crados.

A noter aussi, une pub assez dégueu pour le jeu de société à l’effigie des « Crados ».
Ce numéro doit sortir en décembre 89 soit 3 mois après la sortie de l’album d’autocollants.
Et là, un imprévu fait de ce numéro évènement une déception. En effet, à cause d’une grève des diffuseurs, le numéro ne sort pas en kiosque et seuls les abonnés le reçoivent au moment voulu.
Le 1082 sortira en kiosque bien en retard entre le 1087 (qui contient un erratum en dernière page) et le 1088 et forcément l’effet voulu en terme de ventes n’est plus le même…
Non, en effet, il est quadruplé ! La frustration des lecteurs a été telle que la rédaction de « Pif » s’est fait envahir de courrier d’insatisfactions. Et quand il est sorti, ça a été la ruée !

Et les abonnés, eux? Ceux qui avaient bien reçu le numéro en temps et en heure? Et bien « Pif » leur a envoyé un numéro spécial, hors commerce, intitulé  » Spécial 90-01″ et qui du coup est lui aussi un objet rare. Il contenait un gadget anodin (le pisto 2 coups) et du contenu basé sur de la réédition.

On parlait de « malédiction », et c’est vrai que rien n’a été simple entre « Pif Gadget » et « Les Crados ». Mais au final, cela a créé 2 pièces de collection en une semaine de parution! de quoi ravir les collectionneurs.
Dans la foulée, sortira un « Pif Poche » orienté « Crados ».

Sources et Images additionnelles:
Passion Pif »
Les Crados.com
Brain Magazine

Pour ne rien louper, inscris toi à la newsletter :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A suivre
Le site "Génération Souvenirs" nous a proposé de découvrir sa collection d'objets rétros grâce à une…