Telle une adresse mail que l’on aimerait tous avoir, le titre de cet ouvrage « Récré@Do » annonce la couleur – le Noir et Blanc ne sera pas pour autant oublié – l’auteur aime la récré, Dorothée et la télévision! Pour preuve, la couverture réunissant des photos personnelles de David Diomandé dans un poste de télé d’un autre temps sans port ni USB ni HDMI et peut-être même sans télécommande, ce qui n’a, en tout cas, pas empêché l’auteur de zapper sur toutes les chaînes pour nous livrer cet hommage au petit écran et aux grandes émotions qu’il nous offre depuis plus de 70 ans.
Qualifiant la télévision d’une des « inventions les plus brillantes du 20ème siècle, après le Cinématographe des Frères Lumières », l’auteur considére la production télévisuelle française « figurant parmi les meilleures de la planète » et notamment celle de ses jeunes années entre 1970 et 2000.
Pourtant, il semble déçu de ce que deviennent les programmes proposés de nos jours « et ce constat n’est pas tant du fait de tous ces jeunes aspirants à la gloire, que de celui des directions de chaînes, prêtes à tout au nom du sacro-saint Audimat! Comme si rassembler au même moment le maximum de téléspectateurs devant un programme, était pour ce dernier gage de sa qualité! »
Cette dernière phrase m’interpelle car c’est une reflexion que je me fais chaque jour et que je déplore.

Si l’auteur nous confirmera par la suite sa passion pour les émissions destinées à la jeunesse et les dessins animés, il développe dès l’enfance son goût pour le journalisme allant jusqu’à suivre les programmes pour adultes et admirer des personnalités comme Léon Zitrone, Jean-Marie Cavada, Christine Ockrent, PPDA ou encore Anne Sinclair.
Côté variétés, c’est vers les « Champs Elysees » de son futur collègue Michel Drucker, qu’il se tourne avant de rejoindre les « Sacrée Soirée » de Jean-Pierre Foucault sur TF1. Le dimanche restant consacré à « l’irremplacable et inoubliable » Jacques Martin.

Et notre Dorothée me direz-vous ?
La voici, celle qui a donné l’envie à l’auteur d’écrire ce livre au titre « hommage indéniable à la reine de notre enfance et de notre adulescence », mise à l’honneur dans le premier des 24 chapitres du livre.

Nos émissions jeunesse

Né en 1972, David Diomandé a grandi alors même que les émissions pour enfants devenaient un vrai rendez-vous pour les chaînes avec leur jeune public. S’il ne se souvient que très peu des « Mercredis de la jeunesse » (1973), les émissions de Christophe Izard ne l’ont pas laissé sans souvenirs et il lui rend hommage ainsi qu’à son île aux enfants dont il aurait aimé faire partie. Bien que Dorothée ait présenté les premières heures de direct des « Visiteurs du Mercredi » (1975), c’est lorsqu’elle anime « Récré A2 » (1978) que la belle entre dans son coeur d’enfant.
Sainte Dorothée« Récré A2″ est à jamais LE meilleur souvenir cathodique de mon enfance! Mais étrangement, en dépit de sa pléiade d’animateurs en 10 ans, seule l’image de Dorothée reste dans ma mémoire associée à ce programme culte »
…avant d’ajouter:
« L’on croit souvent – à tort – que c’est uniquement TF1 qui fit de Dorothée une animatrice omniprésente; pourtant, la confiance de Jacqueline Joubert à son endroit, lui confèrera sur Antenne 2 également un pouvoir immense. »

Je réalise alors que David est entré dans mon esprit, celui qui, avec « Les années récré », tente de retablir la verité sur les années pré-Club-Do et sur la multiplicité des talents de Dorothée dès ses premières années télévisuelles.

David D. ne resiste pas à la tentation de parler des dessins animés notamment avec « Les mystérieuses cités d’or » avant même d’ouvrir le chapitre consacré à ce genre.
Mais il retombe vite sur ses pas se remémorant l’émission « Giga » qui a été pour lui « ce que la télévision française à produit de meilleur à destination des ados! » en proposant entre de superbes pastilles documentaires des séries de qualités venant des quatres coins du monde comme « Les années collège », « Sauvés par le gong », « Hartley, cœurs à vif » ou encore « Le prince de bel air ».

Il revient également sur les incontournables émissions « Disney » proposées successivement sur les différentes chaînes et notamment le très bon « Disney Channel » du samedi soir sur la 3 et je le re« Merci de l’avoir remarqué! ». Phrase que j’utilise personnellement très souvent mais dont tout le monde n’a pas la réf… David si!

L’auteur évoque ensuite des émissions dont on se souvient moins comme « Y a pas de lézard » et « Ça me dit… et vous ? » présentées par Stéphane Tapie, « Rince ta baignoire » proposé par Jérôme Commandeur, « En juin ce sera bien » l’émission de Gaël Leforestier avant de citer « Les Minikeums » ou les émissions jeunesse de Canal + dont les fameux « Ca cartoon » et « Decode pas Bunny ».
Il rend un hommage mérité au magazine de France 3 « C’est pas sorcier » avant de se rappeler des interventions exceptionnelles de Chantal Goya lors de programmes ephémeres avant de clôturer le chapitre avec le « Club Dorothée » bien-sûr déplorant la diffusion de sitcoms « mièvres et totalement dénuées d’intérêt ».

Nos dessins animés

Dans le chapitre suivant, l’auteur s’intérresse au genre du dessin animé en se référant à ses trois séries favorites à savoir « Rémi sans famille », « Signé Cat’s Eye » et donc « Les mystérieuses cités d’or » sans oublier d’honorer son concepteur Jean Chalopin, maître de l’animation française.
S’en suit une longue énumeration de titres sortis de sa mémoire, tel lors d’une discussion autour d’un repas entre amis où chacun y va de ses souvenirs. Il s’arrête sur « Les Simpsons » série d’animation qui renouvellera le genre.

Conclusion

Dorothée est omniprésente dans le livre tant elle l’a été à l’écran pendant plus de vingt ans: speakerine, animatrice, chanteuse et importatrice du Téléthon, « Dorothée incarnera un pilier indéniable de notre audiovisuel ».

Alors que le 18 mars 2022, l’animatrice-chanteuse participe à l’émission « Diomandé l’programme » animée par l’auteur, Dorothée lui offre un second cadeau qui n’est autre que le préface de son livre ! Rien que ça !

Le livre se termine sur 4 pages insolites dans lequelles l’auteur s’amuse à conclure son ouvrage en citant un maximum de titre d’émissions télévisées. C’est un bel hommage au petit écran et aux personnalités, et même aux personnages, qui ont fait la télé.
Le travail de David est d’autant plus incroyable qu’il est « légalement aveugle »; autant dire que son travail se complique lorsqu’il doit revoir des archives, communiquer avec ses invités ou rédiger ses textes. Heureusement, auprès de lui, sa femme Niyah est toujours là pour lui préter sa vue. Ensemble, ils forment une équipe du tonnerre, très efficace et talentueuse. Chaque semaine, ils nous concoctent une émission en podcast sur la télévision et les gens qui la font. Je vous invite à découvrir une de leur émission en cliquant sur le lien suivant : « Les années récré » dans « Diomandé L’Programme ».


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A suivre
L’équipe de la revue "AnimeLand" spécialiste du genre relève un pari pharaonesque qui est de lister…